FR | Français

L’impression 3D

Véritable révolution dans le monde de l’impression, la 3D se démocratise et se professionnalise.

 

Que ce soit la technologie FDM (abréviation pour l’impression additive) ou SLA (abréviation d’impression stéréolithographie), il y aura toujours une technologie adaptée à vos besoins.

 

Alors, comment choisir son imprimante 3D ? Il faut tout d’abord définir les contours de l’usage et des matériaux utilisés. L’écosystème du fabricant est tout aussi important. Si vous débutez, vous pourrez aisément vous former et vous informer auprès d’une communauté d’utilisateur, et télécharger gratuitement des ressources pour votre imprimante (fichier STL, accessoire pour l’imprimante à fabriquer soi-même etc…)

Technologie FDM

Définition : abréviation d’impression additive. Cette technologie consiste à déposer une succession de fine couche de plastique ou de métal chauffé et extrudée sur un plateau (de préférence chauffé pour une meilleure adhésion de la matière)

3D impression bois  3
3D BRONZE
3D impression bois  4
  • Matériaux standards : L’ABS (plastique industriel) et le PLA (amidon de maïs) sont les matériaux les plus couramment utilisés. L’ABS devra intégrer une enceinte fermée avec des filtres d’extraction d’air pour éviter les émanations liées à la chauffe de la matière.

 

  • Matériaux spécifiques : Il est possible de renforcer l’ABS avec de la fibre de bois, de carbones, de Kevlar : cela donnera une texture à sa création (le bois, bronze, cuivre…), ou cela renforcera sa résistance (Kevlar, Carbone), ou sa souplesse (Nylon). Le métal est aussi de la partie mais reste encore réservé aux industriels pour la fabrication de pièces de petites séries.

 

Imprimante FDM : Les fils de matière évoluent, ils donnent un aspect réaliste aux pièces réalisées (bois, bronze…), ou permettent de s’adapter à des contraintes fonctionnelles (Nylon, Carbonne…)

 

Technologie SLA 

3D resine 3
3D resine
3D resine 2
3D Print

 

Les imprimantes SLA utilisent des mélanges de liquides composés de monomères, oligomères et de photo-initiateur. Ces liquides réagissent à la lumières UV (laser, Led) et se polymérisent à son contact (ils durcissent) obtenant ainsi un polymère qui une fois transformé est appelé « plastique ». Nous parlons souvent de « résine », car les liquides utilisés ont un aspect visqueux.

 

Le volume des pièces à fabriquer et leur complexité seront tout aussi déterminants dans le choix final de votre équipement.

 

Fabriquer des pièces en ajoutant de matière couche par couche nécessite pour les fabrications complexes des supports d’impression pour répondre aux contraintes de fabrication : Une sphère creuse par exemple, ne pourra se faire qu’à l’aide de support PVA, qui une fois la pièce imprimée se dissoudra dans l’eau.

 

Impression SLA : Voir sa création sortir du bac de résine est toujours magique. (La précision des pièces réalisées est bien plus précise qu’avec la technologie FDM)

 

Le logiciel d’impression livré avec l’imprimante, appelé « Slicer », est souvent mis en second plan au profit des caractéristiques techniques. Pourtant, c’est bien le Slicer qui fera la différence entre 2 appareils à caractéristiques identiques. L’un des plus performant et ergonomique est Cura d’Ultimaker.

SLA

 


FDM


Vous avez des questions sur l'impression 3D ?
olivier_dorschner_kontaktbild_fr.png

 

Olivier Dorschner

 

BDM solutions documentaires

 

Téléphone : 03 90 40 45 42

olivier.dorschner@bechtle.com